Campus Check

Monitoring and highlights.

L’organisation non-gouvernementale Campus Watch s’active depuis 2012 pour agir contre les violences scolaires et les cyberviolences, pour des climats scolaires sains et positifs. L’équipe des médiateurs réalise des grandes actions pour réaliser les 24 objectifs pour des climats scolaires sains et positifs élaborés par les communautés éducatives et sportives proches de Campus Watch, puis adressés aux états-membres des Nations-Unies.

497630

enfants-auditeurs

Élèves français sensibilisés depuis 2013 grâce aux médiateurs dans les régions.

901

volontaires

Médiateurs bénévoles et réservistes, formés à agir contre les violences scolaires et les cyberviolences.

47506

KMs

Distance réalisée pour voyager dans les régions autour du monde.

Découvrez les événements majeurs de l’histoire de l’organisation non-gouvernementale Campus Watch et consultez les données associées comme des ressources télévisuels, radiophoniques, journalistiques et documentaires. Puis, explorez les événements programmés lors des 12 mois à venir.

Anciennes dénominations de Campus Watch : Campus des médiateurs, Hope for Education.

Jacky Pamart publie son livre-témoignage, chez Publibook, à l’âge de 17 ans, sur sa scolarité marquée par les violences scolaires.

Jacky Pamart fonde l’organisation non-gouvernementale Campus Watch, avec l’aide de ses amis et la présente aux médias.

Campus Watch élabore une trilogie de courts-métrages avec le parrainage de Patrick Bruel, Antoine Duléry et Charles Berling.

Campus Watch est à l’origine de la journée nationale, contre les violences scolaires en association avec les ministères français, avec une conférence fondatrice de 1000 auditeurs.

Jacky Pamart témoigne pour un documentaire sur les violences scolaires, sur France Télévisions, avec d’autres victimes et experts associatifs.

Campus Watch est nommée comme ambassadrice de la réserve citoyenne par la ministre Najat Vallaud-Belkacem pour former et déployer des médiateurs dans les régions.

Campus Watch siège dans les jurys académiques et nationaux pour les prix contre les violences scolaires des ministères français.

Campus Watch s’associe avec les Nations-Unies grâce aux statuts consultatifs spéciaux et dispose de 18 médiateurs détachés auprès des sièges de New York City, Genève et Vienne.

Campus Watch publie une enquête inédite sur les violences scolaires et les cyberviolences, axés sur le rôle des élèves-témoins.

Campus Watch présente 7 plaidoyers contre les violences scolaires et les cyberviolences aux Nations-Unies avec la présence d’organisations mondiales et de 15 élèves français.

Campus Watch fonde les comités des climats scolaires et sportifs et s’engage auprès des 193 états-membres avec la rédaction d’une convention globale.

Face au Coronavirus, Campus Watch ouvre une banque alimentaire en 24 heures contre la précarité, pour distribuer 6768 repas sur 20 jours.

Campus Watch célèbre les 75 ans des Nations-Unies et rédige un livre-blanc pour les 193 états-membres des Nations-Unies.

Campus Watch adhère au pacte des Nations-Unies et associe son fonds et des entreprises engagées.

Jacky Pamart est désigné comme l’un des pionniers du monde par Shamengo après ses actions internationales auprès des enfants.

Campus Watch assiste à la conférence mondiale contre les violences scolaires au Québec.

Campus Watch assiste au comité contre le racisme aux Nations-Unies de Genève, marquée par la première présence historique de la Palestine.

Campus Watch approuve et co-signe la charte de la société civile lors d’une conférence des Nations-Unies à Salt-Lake-City.

Campus Watch présente ses quartiers récréatifs colorés contre les violences à la première dame de France Brigitte Macron et à Jean-Michel Blanquer, ministre en charge de l’éducation.

Campus Watch ouvre 3 laboratoires éducatifs à Nîmes pour expérimenter ses nouveaux programmes.

Campus Watch s’attaque aux violences sportives et universitaires avec l’ouverture de formations inédites pour les médiateurs.